L’organisme fonctionne mieux quand on est de bonne humeur

Des auteurs londoniens démontrent qu’un état d’esprit positif (aussi décrit comme une aptitude à être heureux) est en relation inverse avec le taux de cortisol plasmatique, l’élévation du fibrinogène induite par le stress et la fréquence cardiaque, ce qui influe directement sur des variables biologiques contribuant à une bonne santé.

LES RECHERCHES en psychologie positive commencent à établir des relations concrètes et mesurables entre l’état d’esprit, positif ou négatif (une aptitude à être heureux ou non), et les réponses biologiques. La publication d’Andrew Steptoe et coll. (Londres) apporte des arguments en indiquant que « des états affectifs positifs sont corrélés à des profils favorables de plusieurs systèmes biologiques ».

Lire la suite